Handicap, quand l’échéance de la loi 2005 est repoussée

Wheelchair and stairs
© www.lesavenieres.fr

Sujet discret dans les médias qu’est le handicap. Une loi promulguée en 2005 exigeait l’accessibilité à tous les lieux publics aux fauteuils roulants et plus généralement à tous les handicapés. Ainsi, à une époque où l’Iphone reconnait les empreintes digitales, est-il trop demandé qu’un ascenseur soit équipé pour les sourds ou malvoyants ? Que des rampes d’accès soit disposées aux entrées des mairies ou de La Poste à côté des escaliers ?

Et bien la loi dont je vous parle prévoyait la mise en place de ces aménagements avec un délai de dix ans. Si mes calculs sont justes, cela positionnait l’échéance à 2015. Nous sommes en 2014 et on se dit « Plus qu’une malheureuse petite année et ce problème sera réglé ! ». Et c’est à ce moment précis que ça foire. Jean-Marc Ayrault vient d’annoncer que le délai serait allongé de trois ou neuf ans. Alors pourquoi trois ans, pourquoi neuf ? Ça c’est le grand mystère…

On repousse encore. Un scandale quand on sait que c’est un sujet qui réunit les français (tout le monde soutien cette cause) et surtout que certains pays moins développés sont bien loin devant nous dans ce domaine.

Petit détail à ne pas négliger : cette loi de 2005 permettait une meilleure accessibilité aux poussettes par exemple.

Bref, cela est indépendant de la volonté du gouvernement mais je trouve dommage que ce genre d’information ne soit pas davantage médiatisé et que les collectivités territoriales ne se secouent pas plus les meules.

4 commentaires sur “Handicap, quand l’échéance de la loi 2005 est repoussée

  1. Un des gros problèmes de nos politiques c’est qu’ils sont trop frileux et qu’ils ne veulent pas trop brusquer les autres! Pourtant rester ferme (comme pour la loi sur le mariage pour tous) peut faire du bien 😉
    Nous sommes bien loin de l’Ukraine et des autres « printemps », alors pourquoi ne frappe-t-on pas un bon coup sur la table ?

    1. Oui je suis d’accord mais dans le sujet que je présente, ils n’ont aucune raison d’être frileux justement. Ce sont des problématiques qui concernent du monde et que la majorité des français ont à cœur.
      Je pense que la rue a un pouvoir certain mais qu’en parler avec les gens, en débattre, aborder cela via des blogs par exemple peut faire évoluer la situation…
      Après frapper un « bon » coup sur la table peut être utile mais peut aussi se révéler à double tranchant !

      1. Cela peut se « révéler à double tranchant », as you say, mais le sujet fait consensus (tu l’as aussi dit) alors ça ne peut qu’accélérer les choses. Dans ce cas-ci, repousser l’échéance est un manque évident de fermeté! C’est déplorable…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *