Ironie d’un jour de grève pour une Loi Travail

Photo du rassemblement contre la Loi Travail à Toulon

Crise sociale et politique, ce matin, difficile de ne pas entendre parler de la fronde contre la Loi El Khomri. Transports en grève, lycées bloquées et manifestations dans les grandes villes françaises, que s’est-il passé pour qu’une loi suscite de si vives réactions ? 

 

Nous avons tous en mémoire le mouvement de lutte contre le CPE en 2006, 10 ans après il est naturel de se demander si l’histoire ne se répète pas un petit peu. Revendications des droits des salariés, syndicats en colère et vives réactions des milieux étudiants et lycéens, il faut reconnaître que les similitudes sont troublantes.

 

Quelles-sont les principales raisons d’une telle mobilisation et d’un tel rejet ?

Comme souvent, la réaction de l’opinion générale est due à une guerre de communication autant qu’à une guerre d’idées. Je reste sceptique quant au nombre de personnes qui ont réellement connaissance du contenu du projet de loi, dans un camp comme dans l’autre. Que l’on adhère ou non aux volontés de cette loi, il faut reconnaître que les antis ont mis en place une communication efficace qui a porté ses fruits. Le site web est fonctionnel, dans l’ère du temps et chaque argument contre est clairement indiqué. On note une pétition retentissante qui a fédéré plus d’1.2 millions de français malgré un léger bémol de la plate-forme, une première en France. Le gouvernement, de son côté, n’a pas été éblouissant de créativité : un Vrai-Faux peu convaincant et de légers couacs devant la presse. Le bilan est donc mitigé pour une loi qui fait polémique alors que faire ? Espérer le vote de la loi par le Parlement, passer en force grâce au 49-3 ou prendre le risque d’un référendum ? Avorter la loi et faire marche arrière ou au contraire aller à l’encontre des citoyens peut signer l’épitaphe d’une gauche sociale démocrate présente au second tour en 2017.

Une chose est certaine, le duo Hollande-Valls va devoir jouer au mieux pour passer cette crise et en sortir le moins affaibli possible. Les autres partis, eux, doivent être irréprochables dans leurs dires et dans leurs choix pour s’attirer la confiance des électeurs.

A suivre…

1 commentaire sur “Ironie d’un jour de grève pour une Loi Travail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *