Journaliste, l’engagement tu l’aimes ou tu le quittes

JOURNALISME – « On nous ment. Les médias sont contrôlés par une élite politico-financière. On sait bien que sur telle chaîne tout le monde pense comme ça. On nous dit que ce que l’on veut entendre. Les affaires qui dérangent sont étouffées. Ce journaliste défend ses idées, on lui demande juste d’être neutre. »

5ème métier le plus détesté des français avec seulement 40% de confiance, être journaliste consiste bien souvent à marcher sur un fil avec d’un côté le risque d’être trop engagé et de l’autre l’abîme du discours fade au cœur d’un sujet bateau.

 

Pas surprenant. Être exposé c’est forcément ne pas plaire à certains et savoir en séduire d’autres. Le boulanger prend souvent moins de risque en terme d’exposition, ce qui n’enlève rien à son mérite évidemment.

Là où les français sont injustes c’est qu’ils tiennent des discours et attitudes contradictoires. Ils seront nombreux à attaquer le manque de prise de risque et d’enquête de grandes chaînes comme TF1 mais seront des millions à regarder le JT de 20H de Gilles Bouleau.

D’un autre côté, ils critiqueront souvent le manque de neutralité et les parti-pris fréquents de Canal+ ou Charlie Hebdo. Oui, beaucoup de « JE SUIS CHARLIE » mais dans le fond, combien adhèrent à un engagement si prononcé ? Défendre la liberté d’expression c’est certes très bien mais si c’est pour se rabattre sur un discours tiède, c’est dommage…

Alors admettrons-nous que la liberté du journaliste réside dans sa capacité à montrer ce qui lui semble important ? Sans nécessairement devenir lanceur d’alerte, il doit mettre en valeur des événements ou une information. S’il doit s’attirer les foudres d’un groupe mais que le discours est vérifié, neutre dans son traitement de l’information et n’incitant pas à la haine alors que peut-on lui reprocher ?

Peut-être qu’il serait bien d’aller un peu plus loin que le résidu d’information que l’on nous sert tièdement au journal et aller se documenter ailleurs, en variant les sources par exemple. Une source engagée peut-mettre l’accent sur des points cachés par des sources trop neutres. Variez les sources, je vous dis, variez les sources !

 

Le métier de journaliste est souvent vu comme du voyeurisme ou de la manipulation mais n’oublions pas que les médias constituent un contre-pouvoir efficace et nécessaire en démocratie. Et, on le sait, il faut éviter de tirer sur les ambulances…

 

Source : http://www.toutelatele.com/audiences-jt-jeudi-31-mars-2016-le-20h-de-tf1-a-5-8-millions-france-2-repart-a-la-hausse-80957

Journalistes, footballeurs, politiciens… Les métiers les plus détestés des Français

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *