Universités, une communication essoufflée

Photo d'une réunion de groupe de travail

Les universités ont été et sont toujours le cœur du savoir et de l’innovation en France. Bien souvent critiquées pour leur fonctionnement lent et administratif, elles proposent dans l’hexagone, un portefeuille conséquent de formations et à des coûts très faibles pour les étudiants. Alors pourquoi sont-elles si mauvaises élèves en matière de communication ? Ce manque d’image de marque a-t-il un impact sur le niveau dans les facultés ? Essayons d’en savoir plus.

 

Naissance d’un marché économique

Années après années, le nombre d’étudiants augmente mais l’image des universités se dégrade notamment avec les manifestations de 2007 à 2009 face à la Loi LRU (Loi relative aux Libertés et Responsabilité des Universités) de Valérie Pécresse. Il faut donc redorer le blason de ces établissements qui peinent à s’aligner sur la communication des grandes écoles privées qui fleurissent et s’emparent d’un étudiant sur six en moyenne. Plaquettes de promotions vernies et dignes des grandes agences de communication, vidéos promotionnelles et présence sur les salons avec de véritables commerciaux, les écoles de commerces ou d’audiovisuel sont les championnes indéniables de la communication des études. L’enseignement supérieur est donc devenu un marché concurrentiel.

 

Des services en peine pour maintenir une image attractive

L’Université publique française bénéficie d’un avantage conséquent : la quasi-gratuité des formations. Les droits d’inscriptions sont bien souvent plus de dix fois moins importants que dans le privé. Cependant, les services de communications ont bien du mal à être proches des futurs étudiants et à utiliser les nouveaux médias tels que les réseaux sociaux ou la vidéo. Les chartes graphiques sont souvent ternes et trop uniformisées, la présence en ligne est codifiée et informative. Le community manager et le monteur vidéo sont parfois littéralement absents des services universitaires. Cependant, la communication est essentielle pour la survie de l’enseignement public pour assurer un bon niveau. En effet, communiquer développe le nombre de postulants et donc la sélection qui en découle.

Un début de solution : demander aux étudiants

A l’Université de Toulon, le département Métiers du Multimédia et de l’Internet qui forme des étudiants en communication leur a proposé de revoir la présence web et print de la Licence Professionnelle CVCA orientée vers les métiers de la télévision. Après six mois de travail, le résultat est le suivant.

 

Logo de la Licence Pro. CVCA – Métiers de la Télévision

Logo de la Licence Pro. CVCA - Métiers de la Télévision
Logo de la Licence Pro. CVCA – Métiers de la Télévision

 

Motion design de présentation de la Licence Pro. CVCA – Métiers de la Télévision

Plaquette de la Licence Pro. CVCA – Métiers de la Télévision

Recto de la plaquette de la Licence Pro. CVCA
Recto de la plaquette de la Licence Pro. CVCA
Verso de la plaquette de la Licence Pro. CVCA
Verso de la plaquette de la Licence Pro. CVCA

 

Site web de formation à partir d’un CMS

>> Licence Pro. CVCA – Métiers de la Télévision

 

L’ensemble de ces outils accompagnés d’activité sur les réseaux sociaux visent un objectif : rendre à la formation l’image qu’elle mérite. Intrinsèquement moderne et tournée vers les étudiants, cette communication simple et épurée défend un cursus concurrencé par de nombreuses écoles privées comme l’ESRA par exemple.

 

En somme, l’Université d’aujourd’hui doit renouveler son image pour faire face à une concurrence de plus en plus rude et un marché étudiant de plus en plus étendu. A quand une communication recentrée sur la cible principale des universités, les étudiants ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *