Vu au cinéma: « Seven sisters » de Tommy Wirkola

CINÉMA – L’expression « Bof, comme un lundi » va prendre tout son sens. Sorti le 30 août dernier, le film « Seven Sisters » de Tommy Wirkola fait le pari d’un thriller de science-fiction. Plongé dans le futur, en 2078 exactement, le spectateur découvre une société qui a bien évolué.

Le réchauffement climatique et la surpopulation ont eu raison d’une grande partie des ressources de la Terre, les autorités ont dû mettre en place une politique de l’enfant unique stricte afin de réduire les naissances. C’est dans cet avenir sombre et peu propice aux libertés que naissent sept petites filles orphelines qui vont être recueillies par leur grand-père. Ce dernier conçoit une stratégie pour assurer leur survie : les laisser sortir chacune un jour de la semaine sous la même identité, celle de Karen Settman.

Leurs petits noms ? Les jours de la semaine, tout simplement. Si papy n’a pas beaucoup d’imagination pour les prénoms, les scénaristes du films, eux, en regorgent.

 

Des scènes crues dans un univers bien sombre

J’ai visionné ce film sans a priori : pour être honnête, je ne savais pas du tout ce que j’allais voir et ce fut vraiment une bonne surprise. L’univers est particulièrement abouti et l’ambiance froide et bleutée de la science-fiction nous enivrent rapidement.

Les jeunes femmes sont toutes incarnées par Noomi Rapace (qui a joué dans « Millénium ») et cela donne lieu à des scènes bluffantes où la même actrice apparaît sept fois sur le même plan.

Les émotions ne sont pas surjouées, les jeunes femmes ont chacune leur personnalité, un peu à l’image des sept intelligences dans la théorie des savoirs multiples. L’actrice révèle des personnages attachants ayant chacune leurs faiblesses.

Les jeunes femmes doivent donc faire illusion dans un monde qui ne leur laisse que peu de chance. Les scènes sont crues, on ne cache que l’insoutenable bien que cela ne tombe pas dans le gore. Le sang oui mais pas à toutes les sauces. S’il ne s’agit pas d’épouvante, certaines scènes peuvent légèrement crisper (et c’est le moins que l’on puisse dire).

 

De l’action, du suspense mais quelques incohérences

Le suspense est bon, le scénario plein de rebondissements, le cocktail est épicé et cela fonctionne plutôt bien : on ne voit pas passer les deux heures que compte le film. La violence est dosée avec parcimonie et l’on nous a épargné l’overdose d’effets spéciaux dont raffolent les blockbusters américains.

Le film s’inscrit dans la lignée de longs métrages dystopiques comme « Time out » avec Justin Timberlake ou encore « Snowpiercer » qui imaginent tous deux des sociétés alternatives au fonctionnement autoritaire.

Toutefois, j’apporte un léger bémol avec quelques incohérences dans le déroulé de l’action, certaines réactions sont lentes de la part des héroïnes, la survie de certains personnages relève du miracle… En clair, certains passages sont tirés par les cheveux selon moi.

La fin est la cerise sur le gâteau, mais je ne peux vous en dire plus. En clair, un très bon film pour la rentrée que je recommande.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *